Réduire ses migraines

Réduire la fréquence de mes migraines a été mon but dans les derniers mois. Pour faire une longue histoire courte, mes migraines sont hormonales. À certains moments dans ma vie, certaines méthodes contraceptives me permettaient de les garder à l’écart, toutefois ce n’est maintenant plus aussi facile. J’ai donc dû réapprendre à vivre avec mes migraines que je n’avais pas vraiment eues depuis 3 ans. Je ne peux dire quel nombre est peu ou beaucoup de migraines, mais entre une et quatre par mois, c’est déjà trop pour ce que je peux endurer.

Sans vouloir trop me plaindre, car oui, il y a toujours bien pire que nous, je trouve tout de même assez difficile de vivre avec des migraines qui arrivent systématiquement à chaque mois. Je me suis donné comme but de trouver des moyens de les réduire. Oui, j’ai des médicaments qui m’aident à soulager les migraines, mais le but est d’éviter qu’elles arrivent autant que possible. Prendre ou non des médicaments est un choix personnel, mais certains changements à mon mode de vie m’ont permis de réduire considérablement leur fréquence.

Tout d’abord, connaitre la cause des migraines est un gros plus. Dans mon cas, c’est très évident, mais les migraines ont plusieurs causes et déclencheurs. En discuter avec son médecin est une très bonne première étape si les causes ne sont pas encore claires. Maintenant, je veux que vous gardiez en tête que j’ai un mode de vie déjà très sain. Je consomme très peu d’alcool, ne mange pratiquement jamais de fast food et je m’entraine entre 3 et 5 jours par semaine. Ceci étant dit, ce n’était pas assez pour diminuer mes migraines.

Sachant que mes périodes sont le déclencheur, je porte beaucoup attention à la semaine précédente et à la semaine même. J’évite le plus possible le sucre, sauf les sucres naturels comme les fruits. Je laisse donc de côté chocolat ou toute autre source de sucre. Même chose pour l’alcool. Je l’évite complètement. Très sincèrement, un verre de vin ne vaut pas une migraine pour moi, vraiment pas. Que ce soit le sucre du vin rosé ou les sulfites du rouge (ou du rose), ce sont des bombes à migraines pour moi.

Celui-là est plus évident; je bois au moins 2 litres d’eau par jour et c’est le minimum pour moi afin de rester hydrater et d’éviter plus de migraines et maux de tête.

Ma posture a aussi été un élément auquel je devais porter attention. Le moindrement que j’avais le cou mal positionné ou croche durant mon sommeil ou pendant la journée, ça me donnait presque automatiquement un mal de tête ou une migraine. J’ai pris rendez-vous avec une massothérapeute qui s’est concentrée sur mon cou, épaules et tête durant 1h30 et ça a vraiment aidé.

Finalement, j’ai arrêté d’allumer des chandelles plus toxiques à la maison. Il y a tellement de choix de chandelles plus naturelles maintenant que ça n’a pas été trop difficile.

Dans le même ordre d’idées, j’ai commandé l’huile «headache remedy» de chez Saje. S’il y a une chose que vous devez retenir de cet article, c’est cette l’huile. Je l’applique sur mes tempes, épaules et cou dès que je sens une migraine arriver; ça devient froid et ça engourdi un peu, c’est exactement ce que j’ai besoin durant ces moments-là.

J’espère que certains trucs pourront vous aider, un peu ou beaucoup!

Cet article a 4 commentaires

  1. Merci pour ces astuces, ton article est très pertinent ! Je souffre aussi de migraines hormonales et suis à 100% d’accord que les huiles essentielles sont vraiment efficaces sans oublier de surveiller les déclencheurs et s’hydrater…ces 2 derniers sont mes points faibles 😅 ça m’encourage en tout cas!

    1. Awww merci! Oui, pas toujours évident, mais cette huile c’est vraiment “life-changing”

  2. Merci beaucoup, tu décris exactement mes déclencheurs à moi aussi !!!( ou c’est de famille hi! ) J’ajouterais pour ma part le lait qui est aussi une cause. Je vais essayer l’huile que je ne connaissais pas, merci !

    1. Ha oui le lait? Moche! Oui, c’est vraiment de famille cette affaire là 🙄 bisous, tu me manques xox

Laisser un commentaire

PLUS D'ARTICLES

Inscris-toi à l'infolettre