Course hivernale

Parce qu’on est au Québec et qu’on ne peut pas nécessairement courir autant l’hiver que l’été, ça ne veut pas dire que c’est impossible non plus. Je n’ai pas les mêmes objectifs de course chaque saison parce que réalistement, je ne cours pas toujours autant que l’été.

Je cours beaucoup plus du mois d’avril à novembre, mais j’essaie toujours de courir une fois par semaine durant les autres mois. Il fait souvent noir, presque toujours froid, des fois glissant, mais ça fait vraiment du bien courir dehors l’hiver.

J’ai toujours une distance de course moins longue comme objectif, surtout lorsqu’il fait très froid ou que les rues sont enneigées ou glacées. Un 2 ou 3 km peut être suffisant pour la première sortie de course, le temps de s’ajuster. La vitesse aussi sera réduite, donc ce n’est pas nécessairement le meilleur moment d’essayer d’augmenter sa rapidité. Au contraire, on court plus lentement et c’est bien correct comme ça.

Les vêtements font toute la différence. On m’avait déjà suggéré, dans une boutique de course que j’aime beaucoup (Maison de la course à Mont St-Hilaire), de porter seulement 3 couches pour le haut du corps. Ça parait peu, mais si on a les bons morceaux, c’est bien assez. Ma première couche est un chandail de type combinaison de ski ou plus léger s’il fait plus doux dehors. J’ai ensuite une veste de course que je porte à l’automne, elle est donc assez chaude, mais qui respire beaucoup aussi. Finalement, je mets ma coquille souple qui est aussi coupe-vent. Il y en a de toutes sortes ; la mienne n’a pas de ventilation, car je suis très frileuse. Par contre, pour les gens qui le sont moins, il y en a qui ont le dos plus aéré, etc.

J’ai un pantalon doublé également, mais par grands froids je mets une combinaison en dessous.

Je porte TOUJOURS un cache-cou dans lequel je respire pour les premières minutes ou même toute la course afin d’éviter que le vent froid bloque ma respiration et ça me garde au chaud.

J’ai couru quelques fois dans la neige avec mes souliers réguliers de course, mais j’ai préféré m’équiper de souliers avec de plus gros crampons et qui sont aussi imperméables. Je mets des bas plus longs pour couvrir mes chevilles, mais pas nécessairement trop épais, parce que les pieds se réchauffent vite quand on court !

C’est aussi important de connaitre sa limite au niveau de la température ; personnellement, je sais que je ne cours pas s’il fait plus froid que -15 degrés (ressenti). Plus froid que ça, ce n’est juste plus agréable pour moi.

Finalement, n’oubliez pas de porter des bandes réfléchissantes ou un bracelet lumineux dès qu’il fait noir ou que la visibilité est moindre.

P.S. N’oubliez pas vos mouchoirs et d’enlever votre mascara s’il n’est pas waterproof!

Bonne course !

 

 

Laisser un commentaire

PLUS D'ARTICLES

Inscris-toi à l'infolettre